Paroles de spectateurs

Paroles à propos d’Écotone

J’étais dimanche à Lomme avec mon fils Marius qui pratique le BMX.
Écotone, fort et poétique, nous a transporté dans des états émotionnels variés et puissants. Bravo pour votre performance ! La fusion audacieuse de vos 3 arts donne à voir des situations de notre quotidien transportées sur scène de manière grotesque, poétique, parfois violente ou dérangeante. Une mention spéciale à Adèle pour sa danse contorsionnée tellement expressive, à Simon pour sa musique toujours à propos et notamment sa mise en musique géniale des bruits de BMX, à Vincent pour son envol magique et gracieux suspendu au chapiteau.
Merci pour cette évasion et bonne route à vous 3.
Nicolas F

 

Paroles à propos de L’Homme V.

Vincent Warin propose une rencontre surprenante. Tour à tour facétieux, dominateur et caressant avec son BMX, il joue de toutes les contraintes de la mécanique… Il transforme aussi ce que l’on prend d’abord pour un solo en un pas de deux sensuel et sous tension. Les portés, les lancers s’enchaînent au rythme des crissements du violoncelle du flamand William Schotte. Puis la mélodie s’installe, électrisant le ballet offert par ce couple bien assorti. L’être humain n’est plus, le vélo s’efface, et jaillit une entité nouvelle : L’Homme V.
Marine D – Le Phénix, Scène Nationale de Valenciennes

 

Paroles à propos de Friandises Vélicyclopédiques

Ce jour-là, j’étais venu regarder du cirque mais j’ai plutôt assisté à une grande métaphore : le vélo qui se conduit sans chaine. Je sais que Vincent Warin a maitrisé ces différentes lois de la physique et l’as rendu pratique (l’équilibre et le mouvement) et cela mérite des applaudissent renouvelés. Mais ce n’était pas du tout ce que je voyais.
Dans la logique, le vélo est représenté par une paire de pédales, une selle, un guidon et surtout la CHAINE, l’outil indispensable pour faire rouler le vélo. Pour moi, ce vélo sans chaine c’était juste la vie dans mon quartier.
Plus il faisait sa performance, plus je voyais le film de mon enfance et celui de mes amis. Nos vies étaient des vélos sans chaines. Certains ont pu le faire avancer malgré tout et s’en sont sortis en trouvant des solutions pour créer l’équilibre et le mouvement. D’autres ont juste déposé le vélo et sont partis en l’abandonnant. Enfin d’autres encore sont juste morts en tentant de voler une chaine. J’ai trouvé dans ce spectacle anticonformiste, un brin d’espoir, une façon de se convaincre que l’on peut briser les règles traditionnelles tracées comme des couloirs qu’on nous montre comme seule possibilité, comme une vérité absolue: « sans chaine un vélo ne bouge pas ». Je tiens juste à dire que le travail qu’il fait a des explications différentes, qu’il n’a peut-être pas soupçonnées et qui peuvent changer nos vies et nous donner beaucoup de liberté… nous pousser à trouver des solutions à nos problèmes classés dans les tiroirs du fatalisme.
Merci encore de m’avoir ouvert les yeux involontairement.
Didier L – Directeur du Festival N’Djam s’enflamme en Slam – Tchad