Newspaper

The company in the press:

La Voix du Nord – 17/04/2016 – Benjamin Cormier :

Watt’Urban Feest : et l’homme et son vélo ne firent plus qu’un.

La première édition de la Watt’Urban Feest, organisée par le Pays des Moulins de Flandre à Watten, a quelque peu été chahutée par le ciel, ce samedi, mais le public a répondu présent, notamment pour le concert original de l’harmonie-batterie et la prestation impressionnante de Vincent Warin, alias l’Homme V. Ambiance.

Article de la Voix du Nord sur la représentation de L'Homme V. à la Watt'Urban Fees du Pays des Moulins de Flandre
Vincent Warin, ancien champion de BMX, n’a rien perdu de son agilité, qu’il met au service de la poésie.

Un grand disque noir disposé au sol, une piste. Un public autour. Mais la bête de ce cirque étrange n’émerge pas de la savane. Elle s’avance, recouverte d’étoffes noires, telle une ombre difforme. Un enfant se met à pleurer. Oui, elle est plutôt impressionnante ! Puis la voilà qui tournoie, telle un derviche sans visage, sur la musique entêtante d’un violoncelle métronomique. Les vestes volent, la bête se dévoile, l’homme et son vélo apparaissent, tout en puissance. L’Homme V, nom de scène de Vincent Warin, ex-champion du monde de BMX, déploie ses talents d’équilibriste, juché sur sa petite reine, abdominaux saillants.

Emmené par les cordes voluptueuses du musicien William Schotte, il virevolte dangereusement sur son vélo, mais rarement en position classique ! Qui a dit qu’une selle servait à s’asseoir ? Et que le guidon était là pour diriger les roues ? Sous les yeux ronds d’une centaine de spectateurs à la salle Saint-Gilles, ce samedi, l’Homme V distribue les frayeurs en passant au ras des visages, mais tout en maîtrise, extorque sans forcer des salves de rires lorsqu’il pédale (volontairement) dans le vide ou se retrouve « poursuivi » par son deux-roues tournoyant dans son dos. Entre Chaplin et Dave Mirra – célèbre champion américain de BMX, décédé en février dernier, ndlr – Vincent Warin parvient à mêler poésie et roue de vélo, grâce et dérailleur. (…)